Volley – Ligue B À Cambrai, Lukas Demar entend s’affirmer pour de bon !

Revenir aux actualités
14 septembre 2018

Il a opté pour un club de haut de tableau de Ligue B plutôt que de tenter l’aventure à l’étranger. Et à bientôt 22 ans, l’ex-pensionnaire de Nice espère bien faire son trou pour confirmer son potentiel.

Fabrice Bourgis | 

 

 

Il a la lourde responsabilité de succéder à Vadim Deev, parti à Nice (Ligue A). Mais ses qualités plaident pour lui. En tout, Gabriel Denys, le technicien cévéiste, se réjouit d’être parvenu à le convaincre de rejoindre le Nord. «  Je le suis depuis Nantes(saison 2016-2017), indique-t-il. Et j’ai souhaité qu’il nous rejoigne parce que c’est un jeune joueur au potentiel offensif vraiment intéressant. Et qui a envie de faire les choses.  »

Fils de Martin Demar, ex-International tchèque qui a pris la direction de Nancy (LB) cette saison, Lukas Demar, qui fêtera ses 22 ans début octobre, a fait ses débuts à Nantes (LA), le club que son père a entraîné de 2009 à 2017. «  Ensuite, détaille-t-il, j’ai intégré le pôle de Bordeaux, puis le CNVB. » Avant de rentrer à Nantes, donc, où il va alors faire ses premières apparitions en Ligue A. Des débuts qui l’amèneront la saison suivante à Nice (Ligue A).

«  J’ai été recruté en qualité de troisième récep-attaq, pour un an, explique le jeune joueur, 1,98 m. Et si j’ai bien progressé à Nice, je sentais néanmoins que j’aurais pu jouer un peu plus encore. Nice souhaitait d’ailleurs me conserver. Mais quand tu n’as pas la confiance d’un entraîneur une saison, je ne vois pas pourquoi tu l’aurais la suivante. » Et alors qu’il pensait rejoindre un club de République Tchèque, c’est finalement Cambrai qu’il a fini par choisir. Pour gagner du temps de jeu et s’affirmer pour de bon.

 

« Tout ça m’a rassuré »

«  Un ou deux clubs autres clubs de Ligue B s’étaient manifestés mais Cambrai était bien placé. L’équipe a terminé 3e l’an passé, il y a un bon public et je n’avais entendu que du bien du coach. Tout ça m’a rassuré.  » Comme ses premiers pas au sein de sa nouvelle équipe, qui n’ont pas manqué de conforter le choix de cet attaquant aérien au jeu varié, qui entend se donner tous les moyens pour progresser tant en réception qu’au service.

«  On a un bon groupe, qui mélange jeunesse et expérience,apprécie-t-il. C’est sympa. La ville, aussi, est plutôt jolie. Et en plus, Tanguy (Nevot, le nouveau libero cévéiste), que je connais bien car il vient de Bretagne, également, nous a rejoints. » Bref, tout semble réuni pour qu’il puisse s’épanouir. Une aubaine pour un CVEC qui vise très haut (top 2) pour sa 15e saison en Ligue B.

X