Un Cambrésien à l’honneur

Revenir aux actualités
31 mai 2019

Vous ne le connaissez peut-être pas mais Franck Morchoisne, le discret, est une figure du club.
Ce Cambrésien, d’abord joueur au VBCC, est passé très jeune de l’autre côté du miroir, celui pas toujours évident, mais néanmoins indispensable de l’arbitrage.

Focus sur son parcours:

Franck a connu le VBCC à 10 ans, lorsque celui-ci se nommait encore CLL Cambrai.
Il y a fait son entrée en temps que joueur et c’est là que démarre sa passion pour le volley.
Il vit les temps forts du club, notamment en 1994, la première montée en N3 de l’équipe Première Masculine dans laquelle il joue « qui était à l’époque un Graal pour tous les dirigeants » explique-t-il.
En 2000 c’est en tant qu’entraîneur que Franck vit une seconde montée en N3, mais avec l’équipe féminine cette fois-ci.

Il nous confie : « Je me suis éclipsé quelques années du club pour différentes raisons principalement liées à l’arbitrage (le club ayant intégré la ligue B, je ne pouvais officier dans la même division en tant qu’arbitre) avant de revenir il y a maintenant 6 ans. »

Franck commence ses formations d’arbitrage, à 18 ans “mais sans en faire une priorité car je préférais me consacrer au jeu et à l’entraînement”. Finalement, le Cambrésien s’est retrouvé arbitre un peu par hasard puisqu’à l’époque le club avec besoin de marqueurs. Néanmoins l’envie lui est vite venue de poursuivre dans cette voie, et c’est petit à petit que Franck grimpe les échelons, non sans devoir faire un choix sur sa carrière de joueur : « A un moment donné on m’a fait comprendre qu’il fallait faire un choix entre être joueur ou être arbitre. Le dilemme était compliqué. Je me suis dit que l’arbitrage était une façon de pouvoir atteindre le haut niveau et c’est ainsi que j’ai commencé à passer mes diplômes fédéraux».

Après plusieurs stages et supervisions, Franck parvient enfin à arbitrer en Ligue B, cela ne lui suffit pourtant pas et l’arbitre continue ses efforts pour devenir l’un des meilleurs :
« Quand on devient arbitre fédéral nous sommes classés dans plusieurs panels de A à D. Mon objectif étant à terme de pouvoir intégrer le panel A (panel qui regroupe les 20 meilleurs arbitres français) pour arbitrer en Ligue A (le plus haut niveau français). Après plusieurs supervisions j’ai intégré celui-ci il y a 6 ans. Comme je reste un compétiteur mon objectif était alors de pouvoir arbitrer une finale de championnat ou de coupe de France car je suis désormais trop âgé pour prétendre partir à l’international ».

Et c’est ainsi que nous avons retrouvé Franck premier arbitre de la Finale Aller du Championnat de France de LAM entre Chaumont et Tours du 7 Mai 2019 :
“C’est une grande fierté pour moi d’avoir été choisi pour arbitrer ce match cette année. Je prends cela comme une forme de reconnaissance et d’aboutissement”.

Et quand on lui demande s’il a su gérer la pression d’un match à enjeu tel que celui-là de surcroît dans une salle bouillante Chaumontaise délocalisée à Reims pour l’occasion, il nous répond : « Certes cela reste un match particulier de part les enjeux (qualification pour la ligue des champions pour le vainqueur en plus du titre National) mais je l’ai vécu de manière très sereine et sans appréhension. Après nous connaissons les joueurs et entraîneurs comme eux nous connaissent ce qui permet une forme de respect entre toutes les parties. Même si par moment certains viennent discuter c’est plus dans un but de faire pencher la décision en leur faveur».

Et c’est donc en toute logique que Franck retient ce match comme le plus beau de sa carrière d’arbitre : « A ce jour c’est le meilleur souvenir de ma carrière et il le restera longtemps : la marseillaise qui vous fait frissonner, le scénario du match, l’ambiance car Chaumont possède l’un des meilleurs publics de France, la fin de carrière en tant que joueur de Monsieur Hubert Henno (un monument du volley français) ».

Cependant il faut aussi mettre en lumière les à-côtés de ce métier, difficile à gérer sur un terrain mais aussi, pas toujours compatible avec la vie de famille et la vie professionnelle : « Aujourd’hui avec le recul, je ne regrette pas tous les sacrifices effectués car cela en valait la peine. Derrière tout ça les gens ne s’imaginent pas les sacrifices personnels que cela représente : être disponible la semaine en prenant des jours de congés pour aller arbitrer, les longs moments de solitudes lors des déplacements, les mécontentements ou la mauvaise foi des équipes battues qui inévitablement s’en prennent aux arbitres. Pour tout cela j’aimerais aussi et surtout remercier ma femme qui accepte tous ces sacrifices».

Au regard de son parcours Franck aspire à d’autres matchs tout aussi vibrants. Il n’en oublie par pour autant ses racines et espère donner de l’envie à nos jeunes : « C’est également une fierté d’avoir représenté le club et le Cambrésis. J’espère avoir créé une émulation chez les jeunes qui souhaitent devenir arbitre».

Merci Franck pour ton engagement.

X