Ligue B Dans sa salle, Cambrai, magnifique, fait chuter Paris!

Revenir aux actualités
15 décembre 2018

Hier soir, à Vanpoulle, le « petit budget » cambrésien avait tout d’une grande équipe. PHOTO CHRISTOPHE LEFEBVRE

Hier soir, à Vanpoulle, le « petit budget » cambrésien avait tout d’une grande équipe. PHOTO CHRISTOPHE LEFEBVRE – VDN

Elle ne partait clairement pas favorite cette équipe de Cambrai face à l’ogre parisien, toujours invaincu après neuf journées. Mais une énorme détermination se lisait sur tous les visages nordistes avant le coup d’envoi de ce choc. Et sans surprise, ou presque, la bande à Gabriel Denys allait donc parfaitement tenir tête au cador du championnat.

Après une entame de match manquée (3-8), Romac, grâce à deux énormes aces, allait remettre les siens sur la bonne voie (9-10). Ses deux missiles allaient, en effet, définitivement libérer les Cambrésiens, jusqu’alors empruntés. Derrière, Bazin, qui fut champion de France avec ce même grand Paris il y a 10 ans, enchaînait. Au service encore et toujours (15-15 puis 17-15). Et au terme d’un long mano a mano dans le money-time, les Nordistes s’offraient les gains du premier set (29-27).

 

Bien dans son match

Paris, sans surprise, avait des qualités à revendre. Mais Cambrai laissait transpirer une force mentale qui augurait du meilleur. Dans une salle Vanpoulle prête à s’enflammer, la deuxième manche confirmait : Cambrai était bien dans son match (11-10, 16-16). Mais si le jeune Poda explosait en réception sous les coups de butoir de Romac et Villard (18-16), Gjogiev, Weyl, Lavagne et Kreek sortaient les muscles au block (21-24). Et Paris recollait (22-25).

Le retour des vestiaires n’allait rien changer pour autant. Lancés, les Cambrésiens poursuivaient leur matraquage au service (7-3). Un départ canon dont n’allaient pas se remettre leurs hôtes (25-19).

 

La joie des volleyeurs cambrésiens après leur victoire face à Paris

http://lvdneng.rosselcdn.net/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2018/12/14/node_507172/39928082/public/2018/12/14/B9717949958Z.1_20181214234847_000%2BGMQCKC215.2-0.jpg?itok=Xaq5xfsD

 

A 2-1, le public, galvanisé par de merveilleux supporters cambrésiens du Blues Eagles 59, pouvait alors se mettre à rêver. D’autant que leurs protégés, après un passage à vide (9-11 puis 10-16) ou plutôt un show de Gonzalez en pointe, allaient petit à petit grappiller (17-20). Mais Paris s’en remettait toujours plus à son attaquant argentin. Et d’un énorme ace, ce dernier envoyait son équipe au tie-break (22-25). Un jeu décisif qui lui avait souri face à Illac et Saint-Nazaire.

Sauf que cette fois, c’est bien Paris qui allait plier ! Dans une ambiance exceptionnelle, Bazin et les siens bombaient le torse (4-2). Et sur un nuage, le CVEC allait cueillir sa neuvième victoire de la saison (15-10). Autant que Paris, toujours en tête mais qui ne compte plus que trois points d’avance sur Cambrai. Un « petit budget » qui avait tout d’une grande équipe ce vendredi soir.

Cambrai – Paris : 3-2 (29-27 en 33’ ; 22-25 en 30’ ; 25-19 en 24’ ; 22-25 en 28’ ; 15-10 en 16’). Salle Vanpoulle. Arbitrage de MM. Launois et Carrière. Environ 1 000 spectateurs. Pour Cambrai : Bazin, Villard, Demar, Jecmenica, Isaak, Romac + Groenveld. Entraîneur : Gabriel Denys. Pour Paris : Gjorgiev, Lavagne, Poda, Kreek, Weyl, Gonzalez + Homma. Puis : Chaudet, Petty, Lilembo. Entraîneur : Dorian Rougeyron.

X