Une défaite inattendue pour Cambrai et à méditer pour l’avenir

IMG_4514.1
Revenir aux actualités
1 février 2018


IMG_4452

Avec un enchaînement face à Avignon et Saint-Quentin, on imaginait déjà Cambrai défier Cannes le 16 février dans la peau du dauphin sans complexe que rien n’effraie. C’était oublier toute l’exigence de cette Ligue B où chaque journée est truffée de chausse-trape à éviter. Avignon est venu le rappeler aux Cambrésiens punis dans leur salle samedi soir par défaut d’engagement suffisant.

« On a toujours été dans la réaction et jamais dans l’action. Et face à une équipe qui jouait libérée et qui voulait notre peau, ça a fait la différence. »

«  Je reviens à ce que je dis depuis le début de saison, commentait Gabriel Denys, l’entraîneur cambrésien. Rien n’est acquis et le classement ne veut pas dire grand-chose. Toutes les équipes sont capables de produire du jeu. Avignon l’a fait en servant bien et en nous mettant constamment sous pression. On a subi en réception et dans le jeu, et notre dynamisme habituel n’a pas été présent. Notre collectif a failli, surtout dans le domaine de l’agressivité. On a toujours été dans la réaction et jamais dans l’action. Et face à une équipe qui jouait libérée et qui voulait notre peau, ça a fait la différence. Cette défaite est un accident de parcours. Mais elle doit nous servir pour la suite et pour bien nous faire comprendre que si on ne combat pas à 100 % de nos possibilités, on devient une équipe fébrile. Tout le monde est dans ce cas dans ce championnat. Maintenant, il faut apprendre de ce genre de défaites pour continuer à avancer. »

Saint-Nazaire revient

Au classement, alors que le CVEC pouvait conforter sa deuxième place, il s’est de nouveau fait doubler par Narbonne, difficile vainqueur (3-2) à Orange. Mais sa place sur le podium n’est pas encore mise en danger, même si Saint-Nazaire, qui a poussé Cannes au tie-break, lui a repris un petit point et pointe désormais à cinq longueurs.

Cambrai – Avignon : 1-3 en 1 h 42’ (22-25 en 28’, 25-15 en 25’, 13-25 en 26’, 18-25 en 23’).

 

Par Olivier Delsaux (Clp) | 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X